La fête des mères : toute une histoire !

La fête des mères - toute une histoire

Cette année 2021, nous fêterons la fête des mères le dimanche 30 mai. Rien à voir avec la journée de la femme, car nos ancêtres eux, célébraient ce jour depuis l’Antiquité. Retour sur sa longue histoire à travers ce nouvel article ! 

Antiquité: Fête de la Mère des Dieux et Déesse de l’accouchement

Depuis l’Antiquité, les mères sont au centre de l’attention. Mais d’une autre manière: chez les Grecs, ils célébraient Rhéa, la mère des dieux.

Au 5ème siècle avant JC, les Romains ont rendu hommage aux femmes et aux mères. Ce festival s’appelait “Matraliae” et célébrait Mater Matuta, la déesse de l’aube et de l’accouchement. Il approchait du solstice d’été le 11 juin. Avec le Christianisme, les fêtes païennes tombent dans l’oubli et Marie devient la figure emblématique de la Mère. 

XVIe siècle: l’Angleterre célèbre la «fête des mères» Ce n’est qu’au XVIe siècle que cette tradition apparaît en Angleterre. Les Anglais ont alors institué le « dimanche des mères». Cette fois, il s’agit de donner aux serviteurs des familles nombreuses britanniques le droit de prendre des vacances pour retrouver leur famille. La date de la fête des mères varie d’une année à l’autre, mais elle a toujours lieu en mars. Aujourd’hui, au Royaume-Uni, c’est l’occasion pour les enfants de donner à leur mère une carte ou un cadeau.

XIXe siècle : Napoléon a dit “Fête des Mères”… 

Mais ce sera finalement la Fête des Enfants. En 1806, Napoléon Bonaparte décide de la création de la fête des mères officielle, qui sera célébrée chaque printemps. Cependant, en 1897, dans un contexte national et préoccupant de forte baisse de la population suite aux guerres, les familles nombreuses deviennent le dernier rempart contre l’effondrement de la natalité. Pour les natalistes en France, il faut leur rendre justice des sacrifices qu’elles consentent pour la Nation. Parmi de nombreuses mesures, et incitations, l’Alliance nationale contre la dépopulation, créée en 1896 a avancé l’idée de remplacer la fête des mères par un rassemblement d’enfants pour souligner l’importance de l’accouchement et le respect de la famille. 

XXe siècle : La première “Fête des Mères” Cependant, c’est précisément grâce à l’Union Fraternelle des Pères de Famille Méritants d’Artas, une société de secours mutuel, que nous avons la première célébration des mères en France. La première cérémonie publique de l’histoire de la fête des mères, dans notre pays, se déroule le 10 juin 1906 dans la ville d’Artas. L’Isère décide de récompenser la mère la plus méritante dans une ambiance festive, avec un grand défilé dans les rues. Plus tard, le 16 juin 1918, le colonel Delacroix-Laval, homme politique français, établit la première «Fête des mères» officielle à Lyon. C’est le début de la tradition et aujourd’hui, les historiens du mouvement familial ont reconnu ce rôle de pionnier. “Les bras d’une mère sont faits de tendresse et un doux sommeil bénit l’enfant qui s’y abandonne. » – Victor Hugo. 

Avec le maréchal Pétain, la fête des mères devient un événement national. Le 25 mai 1941, le maréchal Pétain fait une allocution qui mènera en la création d’une affiche pour donner quelques conseils et recommandations à suivre le jour de la fête des mères

Après la Seconde Guerre mondiale, le 24 mai 1950, le président de la République Vincent Auriol promulgue une loi instituant la fête des mères. Il a ensuite été finalisé comme le dernier dimanche de mai. Si la date coïncide avec la Pentecôte, la fête des mères aura lieu le premier dimanche de juin.

La loi stipule: «La République française rend hommage aux mères françaises chaque année lors de la célébration de la « Fête des mères » organisée par le ministre de la Santé. Aujourd’hui, dans certaines familles, les mères reçoivent également des cadeaux ce jour-là. 

Et la fête des pères ? 

Contrairement à la fête des mères, celle des pères ne trouve pas son origine de l’antiquité mais bien dans les années 1950, à l’occasion d’une opération commerciale. Célébrée chaque troisième dimanche du mois de juin, cette fête a trouvé son origine grâce à une entreprise de briquet qui réalisait peu de chiffre d’affaires durant cette période. Si les mères de familles ont une journée qui leur est dédiée, pourquoi ne pas faire de même avec les pères? Dès lors, la fête des pères est rendue officielle deux ans plus tard, en 1952 par ce grand succès : les clients se sont tous pressés d’acheter ces fameux briquets et l’imprimerie Oberthur inscrit la fête des pères sur son calendrier. 

La fête des mères dans le monde

Dans le monde, la fête des mères est célébrée de diverses façons et traditions varient beaucoup selon les pays ! Au japon, la fête des mères se déroule au même moment qu’aux État-Unis, c’est-à-dire le deuxième week-end du mois de mai. Ce jour-ci, les enfants offrent des œillets rouges, des plantes herbacées, souvent utilisées comme plantes ornementales, symbole d’amour partagé. Au Mexique, la fête des mères est toujours célébrée le 10 mai, qu’importe le jour de la semaine. Les enfants se regroupent et avec leur instrument de musique, ils frappent aux portes et chantent la sérénade aux mères. Dès lors, ils peuvent partager un moment de convivialité ensemble. Aux État-Unis, durant le Mother’s Day, les mamans font la grasse matinée et les enfants leur amènent le petit-déjeuner au lit. “Tout ce que je suis, tout ce que j’aspire à devenir, je le dois à ma mère, mon ange » – L’homme d’État Américain, Abraham Lincoln.  

D’autres façons de célébrer la fête des mères 

National Geographic propose de célébrer les mères à travers ses archives, de nombreuses photographies qui témoignent de l’attention que ces mères donnent à leurs enfants à travers le monde. Dans ces photos à l’ancienne, les mères optent pour gestes familiers, passant outre les frontières culturelles et géographiques. Leurs habits et leur beauté sont définitivement différents de ce que nous voyons aujourd’hui, mais leur comportement est similaire au nôtre, montrant une fois de plus que l’amour d’une mère est universel. 

Une autre façon de célébrer les mères fût aussi de reconnaître le statut de la femme au travers de la réforme du droit de la famille en 2002. En France, les enfants peuvent porter le nom de leur père ou de leur mère ou bien une combinaison des noms des deux parents et les transmettre à leurs propres enfants. Cependant, la pratique ne change pas réellement. En effet, le nom du père est toujours choisi en grande majorité. Cette loi, entrée en vigueur en 2005, n’a pas de quoi compliquer le quotidien des officiers de l’état-civil, des notaires et des généalogistes pour l’instant. 

Au Québec, la puissance maritale qui permettait au mari de gérer les activités de sa femme en vertu de son incapacité juridique a été abolie, ouvrant la voie à un changement en profondeur. Grâce à cette égalité entre le père et la mère, en 1980, les règles du droit de la famille ont été réinterprétées, en particulier celle du nom de famille. Cette souplesse est toutefois devenue un véritable casse-tête pour les généalogistes. Avec des noms qui ne sont plus uniques, les repères sont un peu perdus et il est parfois compliqué de remonter au-delà de deux générations. 

Et vous, de quelle façon allez-vous célébrer votre mère ?  La vie des mères s’est transformée au fil du temps, mais l’amour et l’admiration que nous leur portons sont demeurés les mêmes. Allez-vous faire quelque chose de spécial pour la fête des mères ? Que signifie cette fête pour vous ?

Nos enfants, petits-enfants nous posent souvent la question de notre histoire familiale. Et la connaissance des origines est constructive pour les jeunes. Et pourquoi ne pas leur répondre en s’amusant lors d’un week-end hors des sentiers battus. Vivre une expérience en famille pour découvrir comment explorer son passé ?

Envie d’échapper aux cadeaux classiques pour la fête des mères ? Chez Racines Voyages, nous vous proposons un week-end de tourisme généalogique en Normandie à Honfleur fin juin ou encore au Parc Naturel Régional du Gâtinais près de Fontainebleau en septembre.

Des moments forts à vivre ensemble en famille à la découverte du territoire, en s’intéressant à sa propre histoire familiale.