Préparez votre croisière fluviale 2021

Préparez votre croisière fluviale 2021 - Racines Voyages

Que faire cet été en France ? Nous « piaffons » presque tous d’impatience en attendant de pouvoir exercer notre droit à prendre des vacances. Partir en voyage, loin ou pas si loin de chez soi. Le dépaysement est parfois à côté de chez-nous. Et en prenant notre temps, expérimentant le « slow-tourisme ».
La croisière fluviale a le vent en poupe et a séduit nombre de nos compatriotes l’été dernier. Ainsi que le tourisme fluvestre ! Prenons le temps d’en savoir plus…

Le tourisme fluvial français

Le réseau navigable français, avec ses 700 ports et haltes fluviales, 8 500 km sur un total de 18 000 km de voies d’eau (fleuves, rivières et canaux), offre de multiples possibilités de découvrir la France « autrement ». Que ce soit pour quelques heures ou pour plusieurs jours. C’est même l’une de ses principales caractéristiques et ce qui en fait l’une des destinations phares pour les touristes en quête d’authenticité, de nature et de calme.

Derrière l’activité de tourisme fluvial l’on retrouve en fait une réalité d’équipements nombreux : les paquebots fluviaux, les péniches hôtels, les bateaux promenade, la location de bateaux habitables sans permis, la plaisance privée, le nautisme léger, le tourisme fluvestre et même les bateaux à quai.
Cette « flotte » diversifiée est de mieux en mieux équipée et respectueuse de l’environnement. Elle bénéficie également des dernières innovations technologiques, numériques et environnementales.

Alors que la navigation de plaisance a repris progressivement depuis mai 2020 sur l’ensemble du réseau géré par Voies Navigables de France (V.N.F) après la crise sanitaire, les chiffres du tourisme fluvial en 2019 démontrent la croissance de ce secteur qui attire de plus en plus.
Avec près de 11,3 millions de passagers transportés (+2,1% par rapport à 2018), le tourisme fluvial a enregistré des résultats très positifs en 2019. Au global, les activités des différents types de bateaux génèrent 1,4 milliard d’euros de retombées économiques, dont 845 millions directement pour les territoires chaque année.

A titre d’exemple en 2017, 53 paquebots fluviaux (de 50 à 200 passagers avec hébergements) ont navigué sur le réseau intérieur français (hors Rhin) et 80 ont fait escales à Strasbourg, représentant un ensemble de plus de 400 000 nuitées. Ils empruntent les voies d’eau à grand gabarit que sont les axes Rhin-Moselle, Seine-Oise, Rhône-Saône et la Garonne-Dordogne. Les paquebots fluviaux permettent de découvrir avec un point de vue unique les grands fleuves navigables de France, leur paysage, le patrimoine historique et la gastronomie qui y est associée. Très appréciées des touristes anglo-saxons, ces croisières sont souvent méconnues par la clientèle française.

Avec les déplacements limités, il peut y avoir la recherche d’un cadre propice au calme et aux retrouvailles en famille grâce à la location de bateaux habitables sans permis sur les rivières et canaux.
Conçus le plus souvent pour accueillir de 2 à 10 personnes, ces bateaux proposent : l’aller-retour, qui correspond à la majorité des croisières vendues ; la boucle, lorsque le réseau le permet ; l’aller-simple qui nécessite, de la part du loueur, une base de départ et une base d’arrivée.
En 2017, la flotte des bateaux de location représentait près de 1 500 unités réparties sur 90 bases pour un ensemble de 172 000 nuitées.
Une véritable éloge au « slow tourisme ». Et pour cause : lorsqu’on navigue à 8 ou 10 km/heure (vitesse limitée sur la plupart des canaux) on prend le temps de naviguer, de manœuvrer, d’observer la nature et ce qui nous entoure… 

Voyager c’est plusieurs choses : rencontrer, découvrir mais aussi respecter l’environnement. Cela est particulièrement vrai lorsque l’on s’adonne au tourisme fluvial. Et les opérateurs s’adaptent pour être en phase avec une expérience de vacances respectueuses de ces valeurs.

Ainsi parmi les loueurs implantés sur le marché français, 2 sont aussi des fabricants de bateaux : Nicols basé à Cholet et Canalous basé à Digoin. Ils maîtrisent de ce fait la chaîne de A à Z : de la production à l’exploitation commerciale du bateau. Un partenariat VNF – Nicols – Canalous s’est noué. Dès 2018 Nicols a pu commercialiser un bateau à propulsion électrique. Le lieu de navigation a été choisi en bassin alsacien par son maillage disponible en port et base de location et sa proximité avec la frontière allemande. VNF a financé et installé 10 bornes de recharges tous les 11 km en moyenne.

Un pays entier à re-découvrir

La France du tourisme fluvial peut en effet offrir énormément d’opportunités d’expériences à vivre, qui nous donne le sentiment d’avoir un pays entier à redécouvrir ! Visiter les territoires autrement, loin de chez soi ou à sa porte… Tels sont les atouts des fleuves, rivières et canaux. Certaines régions telles que la Bourgogne s’affichent comme de véritables destinations fluviales ; le canal du Midi est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, ce qui lui confère une forte attractivité.

Mais chaque région offre son propre dépaysement. La Bretagne par exemple, est beaucoup plus réputée pour son ouverture sur la mer, mais moins pour son canal de Nantes à Brest. Et pourtant il s’agit d’une destination rêvée pour une croisière en bateau habitable sans permis. Au carrefour de l’Erdre, de la Vilaine et du Canal de Nantes à Brest, châteaux et villages du moyen-âge, abbayes et petites chapelles, vieux manoirs et maisons à colombages charmeront les amoureux du patrimoine ; sans compter le cidre et les galettes bretonnes, pour les gourmands !

Réputé pour sa douceur de vivre, sa gastronomie, ses châteaux et abbayes, l’Anjou bénéficie également d’un superbe réseau de rivières (300 km) qui vous fera découvrir les trésors de la région. En Aquitaine-Gascogne, vous pouvez choisir pour vos vacances fluviales un parcours en étoile au confluent du Lot et de la Baïse : ici, votre croisière allie la sérénité du Canal de Garonne  au charme sauvage de la rivière Baïse. Le cours d’eau de la superbe vallée du Lot offre quant à lui une succession de falaises, de cirques et de grottes et a conservé tout son caractère sauvage.
Le tourisme fluvial en Vallée de la Saône : harmonie d’eau et de verdure, entre Champagne et Bourgogne. C’est aussi une rivière très poissonneuse et un véritable paradis pour les pêcheurs : brochets, sandres, ablettes… ou pourquoi pas le célèbre Silure ! Le canal de Rhône à Sétes permet d’accéder à la réserve naturelle de 85 000 ha de la Camargue et l’Étang de Thau. La Camargue est une destination idéale pour rejoindre les plages méditerranéennes accessibles le plus souvent  à pied ou à vélo… à moins que vous ne préfériez bronzer sur votre bateau ?
Enfin dernier exemple avec l’Alsace, destination de tourisme fluvial « internationale ». En effet ses frontières communes avec l’Allemagne et le Luxembourg en font une région privilégiée pour nos proches voisins européens, tentés par l’aventure d’une croisière fluviale à bord d’un bateau sans permis.

Toutes ces destinations ont un point commun : il s’agit d’un mode de vacances ouvert à tous, en couple, entre amis, en famille, seniors. Permettant à la fois le calme et la convivialité, ainsi que de l’amusement.

Ce mode de transport doux, qui offre des parcours sécurisés au plus proche de la nature nous permet également de passer du bon temps à re-découvrir le patrimoine culturel français et sa gastronomie sous un autre jour. Il représente également un aspect ludique (parfois éducatif !) pour les enfants.

Des vacances “fluvestres” !

Ce nouveau terme imaginé par V.N.F (Voies Navigables de France) est le mariage de deux activités : celles du tourisme fluvial et des activités de loisirs terrestres. Faire du vélo par exemple en famille le long d’un canal pittoresque sur un ancien chemin de halage ou de berges. Mais également le long de chemins forestiers ou encore de pistes en plein parcs naturels. Mode de mobilité douce et durable par excellence, répondant aux envies d’escapade et d’évasion, le vélo compte parmi les activités fluvestres préférées des français.
Une complémentarité prometteuse qui attire de plus en plus de monde chaque année.

Depuis 2017, V.N.F a ainsi permis l’aménagement de 150 km d’itinéraires cyclables à proximité de voies d’eau. Aujourd’hui près de 91 % du réseau fluvial géré par VNF est situé à moins de 5 km d’une véloroute ! (ou inscrit au schéma national des vélo-routes, voies vertes). Les loueurs de bateaux de plaisance sont d’ailleurs souvent dotés de flottes de vélo pour répondre aux attentes des plaisanciers et touristes fluviaux, adeptes de sorties à vélo pendant leur séjour. Ces pistes cyclables sont souvent d’anciens chemins de halage, qui permettaient aux chevaux (et aux hommes) de tracter les bateaux. Utilisés du XVIe siècle, jusqu’au début du XXIe siècle, ces chemins ont souvent laissé un patrimoine exceptionnel de moulins, de maisons éclusières et autres ouvrages d’art de la voie d’eau. Ceux -ci sont aujourd’hui mis en valeur, réaménagés pour accueillir différents types d’équipements (guinguettes, restaurants, bureaux…).

Mais l’on peut préférer descendre en canoë le cours d’une rivière paisible, s’essayer au paddle, faire de la randonnée pédestre, équestre, du roller, de la pêche. Les activités possibles ne manquent pas ! 

Les propositions de Racines Voyages

Racines Voyages veut vous aider à re-découvrir la France et vous surprendre ! Montrer que le dépaysement et la nature sont parfois beaucoup plus proches que l’on s’imagine. ( et peut-être à cette occasion, vous aura-t-on sensibilisé également sur l’empreinte carbone…) !
Racines Voyages vous propose de multiples suggestions de voyages sur l’eau à bord des bateaux habitables sans permis.

Découvrez notre offre spéciale Saint-Valentin

Racines Voyages propose également des séjours à vélo, avec le cours d’eau comme boussole, le halage comme repère, et écluses comme parties de plaisir.

Donc n’hésitez pas à visiter le site au gré de vos préférences et à revenir régulièrement ! 


*Les statistiques indiquées dans cet article proviennent de V.N.F (Voies Navigables de France)